The fear of commitment

Love is the most beautiful emotion there is to feel. It gives you joy , happiness, makes you feel fulfilled.

So why, sometimes, fear is stronger than the desire to be happy ?

Fearing love is quite present in our world nowadays and without always being conscious of it, it was quite present in mine.

We build walls between us and others, we don’t let go for another relationship. We fear the felling of falling for somebody new, to love and be loved. We are afraid to give and receive and be considered as «co-dependent» if you appreciate somebody else’s presence. Independance as banner, the same independance that allows you to be prepared for any suffering. We’ve settled for our habits without taking any risks.

So what could be the red flags ?

  • We don’t let or very little space for love in our lives with a very busy daily life and schedule. A place of life where we spread, not one empty shelf, with need to fill all the room to ensure we aren’t going to miss anything.
  • We can fear intimacy, opening up to somebody. It can be easier to not show any sign of affection or hide our feelings. We really are interested by the other one without revealing who we truly are, because it means being vulnerable and the other could use this to hurt us.
  • We put some distance between us and the other person. Our behaviour is going to change, we are going to stop or give little updates, we will accept some gatherings and will cancel or we’ll always be busy. We like the chasing phase not the capture, not commiting is a way to protect ourselves.
  • We think we lose our freedom when in a relationship. Nowadays a lot of beliefs enforce the idea that a relationship is a prison. You have to «enjoy your youth» before you settle down, marriage is «a noose around your neck», we don’t want to be accountable to anyone. We feel trapped the minute things get serious.
  • We end a harmonious relationship before the other one does, so we keep control over our suffering and the outcome of the story. We can also sabotage the relationship instead of just leaving. We would rather run away than keep a promise without having power over what’s coming next.

These are few examples in a romantic context, there are thousands of them but mostly it can manifest elsewhere

In a professional context, for example, we refuse a position because we are afraid to fail, we refuse to evolve because we fear the responsibilities and consequences. 

On a personal level, we might find that people are not committing enough with us or we can again postpone a decision taken with ourselves. 

We can also dread to make the “wrong choice”, to make mistakes, to make plans. We hide behind “take one day after the other” and “let’s see what future holds for us” to stay in this immobile statement and not taking actions. 

But where is it coming from

The origins are specific to each, there are as many causes as there is individual but here are some clues:

  • A feeling of abandonment or betrayal in our childhood. An absent parent or vaguely involved, a lack of affection, a divorce, a separation. 

But also in the family model : How can one build a solid relationship when in the family they’ve been incapable of it?

  • In our previous relationships : a difficult breakup, a hurtful story, betrayal etc. All of these situations contribute today to the fear of commitment in a future relationship, they created the belief that love means suffering
  • Lack of self-esteem, the fear to not measure up, the feeling of not being enough for the significant (not caring, loving, healed, evolved, stable, interesting enough). We can also picture ourselves as somebody who has nothing to offer or would only bring negative in one’s life. 

However, fearing commitment doesn’t keep you from developing feelings. Instead, if this fear emerges it’s usually because there is a form of attachment towards the person we actually fear to commit with. 

Don’t forget, if this fear in one’s behaviour annoys you, don’t blame them and instead ask yourself: “Why does this cause something to me?” 

I’d like to remind you that the other person is your mirror, they are here to show you that a wound isn’t healed or identified. 

Make the decision to commit is first to commit to ourself, then learn our limits but also to not fear disengagement. A commitment isn’t a fatality, we commit to be happy, not unhappy

It’s also having faith in our abilities to explore the world, see the good in every relationship, accept to leave in the now and stop to dread a future we can’t control. 

You could identify your restrictive beliefs about love and change them, you could try to recognize them and find their positive opposite. Beliefs are the roots of anything. You could desire a relationship with all your heart, visualize it as much as you want but if deep down you believe love is suffering for example, well it will never work out

If you want some example, I treat the subject in my article “5 beliefs about love”. 

As I say it’s a bit of a mental gymnastic but it gets on really easily. 

You could also decide to confront your fears and take the time to explain your behaviour, what’s happening inside your head, how you simply feel to the other. Allowing yourself to be vulnerable by opening up is already a desire to commit. Remember there is two individual in a relationship, you’re not the only one who has to show vulnerability. You are not alone, even if your fear wants you to believe so. 

Nothing is written in stone in life, we can choose to let our fears rule our world or open up to the adventures life is offering us and act. It’s the moment to let go of control and trust life because in the end, live a beautiful love story is also taking the risk to love.  


La peur de l’engagement

L’amour est l’émotion le plus belle que l’on puisse ressentir. Il procure de la joie, du bonheur, il épanouit. Alors pourquoi, parfois, la peur devient plus forte que le désir d’être heureux ?

La peur d’aimer est de plus en plus présente dans le monde et, sans en avoir toujours conscience elle était bien présente dans le mien.

On érige des murs de protection entre nous et les autres, on ne se laisse pas aller à une nouvelle relation. On craint le plaisir de s’abandonner, on craint d’aimer et d’être aimé. On a peur de donner et de recevoir, on a peur d’être considéré comme «dépendant affectif» si on apprécie la présence de l’autre. L’indépendance comme étendard, cette même indépendance qui nous permet de nous parer à toute éventualité de souffrance. On se conforte dans nos habitudes sans prendre de risque.

Mais quels peuvent être les signes ?
  • On fait pas ou peu de place à l’amour dans nos vies avec un quotidien et un agenda bien rempli. Un lieu de vie où on s’étale pour ne laisser aucun vide, pas une étagère inoccupée. Ce besoin de combler chaque espace de sorte à ne pas ressentir un manque.
  • On peut redouter l’intimité, de s’ouvrir à l’autre. Il peut être plus simple de ne pas montrer de signes d’affection, de cacher ses sentiments. On s’intéresse vraiment à l’autre mais sans vouloir se dévoiler, sans montrer qui on est. Car cela implique d’être vulnérable, et l’autre pourrait utiliser cette vulnérabilité pour nous blesser.
  • On met une distance entre nous et l’autre. Notre comportement va changer, on donnera moins voir peu de nouvelles, on acceptera des rendez-vous pour les annuler ou on sera toujours occupé. On aime la chasse mais pas la capture. Ne pas s’engager devient un moyen de se protéger.
  • On pense perdre sa liberté dans un couple. De nos jours beaucoup de croyances renforcent cette image qu’une relation est une prison. Il faut « profiter de sa jeunesse avant de s’engager », le mariage représente « une corde au cou », on veut « rendre de compte à personne ». On se sent comme pris au piège dès que la relation prend un tournant plus sérieux.
  • On met fin à une relation harmonieuse avant que l’autre le fasse. De cette façon on garde le contrôle sur sa souffrance et l’issue de l’histoire. On peut aussi saboter plutôt que de prendre la décision de partir. On peut préférer la fuite que de tenir une promesse sans être certain de maîtriser la suite.

Ce sont juste quelques exemples dans le domaine sentimental, il en existe des milliers mais surtout cela peut se manifester ailleurs.

Dans le professionnel par exemple, on refuse un poste par peur d’échouer, on refuse une évolution car on appréhende les responsabilités et les conséquences.

Dans le personnel, on peut trouver que les autres ne s’engagent pas assez envers nous. Ou encore on peut remettre à plus tard l’exécution d’une décision prise avec nous-même.

On peut aussi redouter de prendre les « mauvaises décisions », de se tromper, de faire des projets. On se cache derrière « vivons au jour le jour » et « voyons ce que l’avenir nous réserve » pour rester dans cette immobilité, pour ne pas se mettre en action.

Mais ça vient d’où ?

Les origines sont propres à chacun, il y a autant de causes qu’il y d’individus, mais on peut trouver quelques pistes par exemple :

  • Dans l’enfance, un sentiment d’abandon ou de trahison. Un parent absent ou peu présent, un manque affectif, un divorce ou une séparation.

Mais aussi dans le modèle familial, comment construire un couple solide quand dans notre famille ils en ont été incapables ?

  • Dans nos relations précédentes : une rupture difficile, une histoire qui nous a blessé, tromperie et j’en passe. Toutes ces situations qui aujourd’hui peuvent entraîner une peur de s’engager dans une future relation car on a crée la croyance que l’amour fait souffrir.
  • Un manque d’estime de soi, la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être suffisant pour l’autre (suffisamment attentif, aimant, guéri, évolué, stable, intéressant). On peut aussi se voir comme une personne qui n’aurait rien à offrir, ou qui apporterait du négatif dans la vie de l’autre.

En revanche, il faut savoir que la peur de l’engagement n’empêche pas les sentiments. Au contraire, si cette peur se déclare c’est qu’il y a souvent un attachement à la personne avec qui on redoute de s’engager.

N’oubliez pas si cette peur chez l’autre vous dérange, ne blâmez pas l’autre.

Mais demandez-vous plutôt : Pourquoi cela provoque-t-il quelque chose chez moi ?

Je vous rappelle, l’autre est votre miroir. Il est aussi là pour vous montrer qu’une de vos blessures n’est pas guérie ou identifiée.

Prendre la décision de s’engager c’est d’abord le faire avec soi, ensuite apprendre à connaître ses limites. Mais aussi ne pas redouter de se désengager. Un engagement n’est pas une fatalité, on s’engage pour être heureux, pas pour être malheureux.

C’est aussi avoir confiance en nos capacités à explorer la vie, à voir le bon dans chaque relation, à accepter de vivre au moment présent en arrêtant de craindre un futur que l’on ne peut pas contrôler.

Pour ça tu pourrais reconnaître tes croyances limitantes sur l’amour et les changer. Essayer d’identifier chacune d’elle et trouver l’opposé positif. Une croyance est la racine de tout. Tu peux désirer une relation de tout ton cœur, la visualiser autant de fois que tu veux; mais si au fond tu crois que l’amour ça fait souffrir par exemple, ça ne marchera jamais.

Si tu veux des exemples, j’aborde le sujet dans mon article « 5 beliefs about love ».

Comme je dis c’est une petite gymnastique mais ça vient vite.

Tu pourrais aussi décider d’affronter tes peurs en prenant le temps d’expliquer à l’autre ton comportement et ce qu’il se passe dans ta tête, tes ressentis. Se donner le droit d’être vulnérable en s’ouvrant à l’autre est déjà un désir de s’engager. Rappelle que toi que vous êtes deux, et tu n’es pas le seul à devoir te montrer vulnérable. Tu n’es pas seul, même si ta peur veut te faire croire le contraire.

Rien n’est acquis ou définitif dans la vie, on peut choisir de se laisser dominer par nos peurs ou de s’ouvrir aux aventures que la vie nous présente en passant à l’action. C’est le moment de lâcher le contrôle et de faire confiance à la vie, car après tout vivre une belle histoire d’amour c’est prendre le risque d’aimer.

Melanie

You might also like…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.